Enseignement de base

retour à la liste

Des Arabes heureux... - 01.09.2013

... il n'y en aurait pas en pays musulman!

Des Arabes heureux…
 
… on n’en rencontrerait dans aucun pays musulman, prétend un « pamphlet » électronique qui circule actuellement sur le net. En revanche, des expatriés arabes heureux, on en trouverait des masses dans divers pays européens. Le problème, toujours selon le « pamphlet » en question, ce serait que ces Musulmans (tous ces Musulmans sans aucune exception ?) critiqueraient volontiers les pays extérieurs à l’Islam qui les accueillent. Ce serait particulièrement vrai pour les pays de l’Union européenne, à cause de leurs mœurs trop dissolues, peut-être ?
 
Tout d’abord, j’ai éclaté de rire, car le « pamphlet » est, dans sa forme, tourné avec une grande drôlerie. Cependant, je me suis tout aussitôt rendu compte que… eh bien, que les reproches de ce « pamphlet » concernaient, en fait, non seulement les Musulmans mais tous les êtres humains. Disons en tout cas que MOI, avec ma grande… bouche, je m’identifie parfaitement sur ce point-là aux Arabes et aux Musulmans, quand on veut leur reprocher
 
-       de ne pas blâmer l’Islam (mais je n’ai encore jamais vu non plus un Chrétien pratiquant de n’importe quelle dénomination blâmer globalement son Eglise, quelle qu’elle soit. Peut-être y aura-t-il des hommes religieux dont on admettra, ici ou là, qu’ils ont péché, en telle ou telle circonstance précise. Sans doute acceptera-t-on plus facilement de rentrer en soi-même, de demander pardon à Dieu pour telle ou telle faute dont on prend soudain conscience. Peut-être même décidera-t-on d’abandonner cette faute, mais on se heurtera alors très rapidement à l’impossibilité de satisfaire de manière absolue à « toute la Loi de Dieu », même résumée par Jésus et l’Ancien Testament en deux commandements seulement : "Tu aimeras Dieu » de tout ton cœur, de toute ta force, de toute ta pensée " et "Tu aimeras ton prochain COMME toi-même").

Cela est tout simplement impossible sans le secours et la grâce de Dieu.   
En fait, le pas suivant sera de remplacer, dans la parenthèse qui précède, le pronom « on », par le pronom « JE ».
 
Alors, le contenu de la parenthèse qui précède devient … une description de ce que j’appelle dans pratiquement chacun de mes textes LA CONVERSION. La conversion intérieure (métanoia, dans le Nouveau Testament grec), le changement de cap à 180 degrés, pour remplacer mon autosatisfaction ronronnante (je parle pour MOI) par une véritable relation avec Jésus. Vous avez bien entendu toute liberté d’effectuer la même démarche pour vous, si vous vous reconnaissez en MOI.
 
C’est cela, et cela seulement, la véritable conversion intérieure.
 
-       Jésus ? Mais qui est Jésus pour vous ?
-       Pour MOI en tout cas, Jésus, c’est Dieu tel qu’Il s’est révélé à moi. J’ai mis du temps à le comprendre, mais, maintenant, c’est bien ancré dans mon cœur et dans ma tête…
-        Mais Jésus est mort, non ?
-       Bien sûr, il a été crucifié un certain vendredi, et il est ressuscité le dimanche suivant.
-       D’après vous, il est bien remonté au ciel ?
-       Oui, oui, assurément.
-       Alors, comment fait-il pour établir une relation avec vous, qui, je crois, êtes encore sur Terre ? Et comment faites-vous pour établir une relation avec lui ?
-       Les deux ne sont possibles QUE par le Saint-Esprit, qui accepte de venir habiter en moi, avec mon consentement sans cesse renouvelé. Le Saint-Esprit est aussi une des personnes, un des aspects de Dieu… Le Saint-Esprit n’habite pas QU’en moi…
-       Que de qui, que de que !
-       Je ne comprends guère la plaisanterie, en tout-cas sur ces sujets-là… Mais j’en profite pour vous parler de Dieu le Père, Abba, ou même Papa (céleste). C’est toujours du même Dieu qu’il s’agit. Il a le pouvoir, entre autres, si vous voulez, de se manifester sous la forme du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit, c’est une manifestation de Dieu très importante. Il est Amour, Vérité, Justice, Paix, et IL REVIENT BIENTÔT POUR NOUS REPRENDRE AVEC LUI... 
-       Oui, oui, oui ! Enfin, le plus tard possible…
-       Pas sûr ! En fait, IL peut revenir d’un moment à l’autre.
        
Jésus, qui est le Seigneur de la vie et de la mort, peut me rappeler à lui, à un moment que je ne connais pas, mais qui, à chaque instant qui passe, inexorablement, et mathématiquement, devient un peu plus proche. Par le Saint-Eprit, Dieu me dit de ne pas avoir peur, même de la mort ! Jésus sera avec moi pour affronter la mort, comme il est avec moi dans toutes les circonstances de ma vie. 
 
A un moment donné, Jésus reviendra, glorifié et triomphant, pour réduire ses adversaires à l’état de poussière, mais aussi, et d'abord,  je le crois, pour emmener avec lui dans la maison du Père les vrais chrétiens et les vraies chrétiennes, quelle que fût leur appartenance religieuse.
 
Il y aura même, je le crois, des croyants de l’Apocalypse (j’aime ce terme, emprunté à un titre de roman) ou encore de survivants de l’Apocalypse, dans les années qui suivront l’Enlèvement de l’Eglise sur les nuées.
 
Cependant, la réalité que ces termes  (croyants ou survivants de l’Apocalypse) recouvrent est plus que glauque, effrayante, épouvantable, dans la mesure où ces croyants-là, ces survivants-là auront à affronter l’Anti-Christ.
 
Ayant récemment relu l’Apocalypse et Daniel, je n’ai guère envie de plaisanter ou de rire à ce sujet…
        
En toute amitié, en espérant que vous saurez choisir à temps la voie de la grâce et de l’amour de Jésus!
 
Fred, EEE
          
Patrick Fontaine Franck Alexandre Connaitre Dieu Dieu TV