Enseignement de base

retour à la liste

Comment Nabucco fit connaissance... - 29.08.2013

... avec le Dieu d'Israël

 
Il y a quelques temps, je vous ai proposé de lire électroniquement chaque jour un court fragment du livre de l’Apocalypse, accompagné du commentaire de la Ligue pour la lecture de la Bible du Québec. Avez-vous donné suite à cette suggestion ? Peut-être. Voici, à titre de simple rappel, le lien (gratuit) qui vous permet de rejoindre le groupe des lecteurs et lectrices de « Partage », l’un des guides de lecture biblique de la Ligue : communications@llbquebec.ca .
 
Aujourd’hui, je vous propose d’aborder le livre du prophète Daniel, dans l’Ancien Testament. Les 4 premiers chapitres parlent du formidable roi Nébucadnetsar (ou, dans d’autres versions, Nabuchodonosor), roi de la Babylonie (correspondant à peu près à l’Irak d’aujourd’hui, Nabuchodonosor, que moi, j’appelle plus volontiers Nabucco. Donc, Nabucco fut un très grand roi, à qui ses succès militaires avaient quelque peu tourné la tête.
 
Sur le chemin de toutes ses conquêtes, Nabucco avait rencontré le royaume de Juda et sa capitale Jérusalem. Nous sommes au 6<sup>e</sup> siècle avant Jésus-Christ. Jérusalem est envahie par les troupes babyloniennes, l’élite de Juda (les nobles et les riches) sont déportés à Babylone. Parmi ceux-ci, un contingent de fils de famille est choisi pour suivre les cours de l’Ecole du Palais, pour y acquérir la formation voulue pour servir le roi. On les instruira donc pendant trois ans dans la langue, la science et la culture babyloniennes.
 
Il se trouvera alors quatre jeunes gens qui décident de se garder purs de toute souillure : ils ne se nourriront pas des viandes et des vins servis à leurs condisciples. Ils se contenteront de légumes. L’intendant du palais royal fait bien quelques difficultés, mais il se laisse finalement convaincre par Daniel, qui lui promet qu’il aura tout avantage à accepter l’arrangement qui lui est proposé. L’apparence physique de Daniel et de ses compagnons sera meilleure que celle du reste du contingent. Daniel, d’autre part, se révèle habile à interpréter les songes. Le Dieu d’Israël est déjà à l’œuvre, mais on n’en sait encore rien.
 
Le roi Nabucco fait un premier songe, qui le trouble, mais il ne veut rien en dire à ses astrologues, devins, prêtres et magiciens. Il ne semble en effet pas les tenir en grande estime. Il exige d’eux qu’ils devinent quel songe il a fait et qu’ils lui en fournissent l’interprétation. La demande du roi est impossible à satisfaire, mais le roi se met dans une colère phénoménale : si ses astrologues et autres spécialistes déclarent forfait, il les fera tous mettre à mort.
 
Nous lisons dans Daniel 2, v. 13 : La sentence fut publiée, les sages étaient mis à mort, et l’on cherchait Daniel et ses compagnons pour les faire périr. Alors, Daniel se rend auprès du chef de la police, et réussit à le convaincre d’attendre encore un peu. Daniel lui-même s’adresse ensuite au roi : (chap. 2, v. 16) Et Daniel se rendit vers le roi, et le pria de lui accorder du temps pour donner au roi l’explication. Ensuite, Daniel réunit son petit groupe d’intercesseurs et demande au Dieu d’Israël, (…) qu’on ne fît pas périr Daniel et ses compagnons avec le reste des sages de Babylone. Alors le secret fut révélé à Daniel dans une vision pendant la nuit. Et Daniel bénit le Dieu des cieux. (chap. 2, v. 18 - 19).
 
Ainsi, Daniel révèle au roi le songe de la grande statue, dont la tête est d’or, alors que ses doigts de pied sont d’argile et de fer. Nabucco apprend qu’il est « la tête » de cette statue, la tête d’or, et, pour l’instant, cela le satisfait. Une autre leçon sous-jacente lui est également administrée : c’est le « Dieu des cieux », infiniment supérieur à toutes les idoles que Nabucco vénère, qui fait et défait à son gré les rois. C’est bien l’Eternel seul « qui renverse et qui établit les rois… » - Daniel 2, v. 21.
 
Daniel présente un panorama complet de l’histoire universelle à Nabucco. Celui-ci apprend donc que son royaume, si glorieux qu’il soit, n’a rien de comparable au Royaume de Jésus, qui, au temps fixé, « sans le secours d’aucune main » - Daniel 2, v. 45, s’établira définitivement, pour l’éternité.
 
Dans la suite de la vie de Nabucco, Dieu interviendra encore, toujours en se servant de Daniel ou de Schadrack et de ses compagnons, aux moments décisifs. Le début du chap. 4 du livre de Daniel comporte un édit royal, où Nabucco lui-même s’adresse à ses sujets : 1 ¶ Nebucadnetsar, roi, à tous les peuples, aux nations, aux hommes de toutes langues, qui habitent sur toute la terre. Que la paix vous soit donnée avec abondance !
2      Il m’a semblé bon de faire connaître les signes et les prodiges que le Dieu suprême a opérés à mon égard.
Nabucco publie dans ce texte son témoignage personnel, qu’il termine par ces paroles, au verset 37 : « Maintenant, moi, Nebucadnetsar, je loue, j’exalte et je glorifie le roi des cieux, dont toutes les œuvres sont vraies et les voies justes, et qui peut abaisser ceux qui marchent avec orgueil. »
 
Personnellement, je pense que ce grand roi païen sera l’un des croyants qui seront accueillis par Jésus dans son Royaume, et je me réjouis de pouvoir échanger quelques mots avec lui.
 
Fred, EEE

          
Patrick Fontaine Franck Alexandre Connaitre Dieu Dieu TV